Médecine préventive

Traitement des troubles de la nutrition

Prévention, traitements et conseils nutritionnels

Notre diététicienne – nutritionniste est à même de gérer avec vous tout types régimes tels que gestion du poids, diabète,  cholestérol, épargne gastrique hépatique et rénale, pauvre en sel , préparation sportive ou toute autre demande diététique.

  • Check-up et examens de laboratoire
  • Diététique et équilibre nutritionnel
  • Entretiens individuels
  • Approche prophylactique
  • Suivi hebdomadaire

Tiques

Borréliose / Maladie de Lyme

Agent infectieux et transmission

L’agent de la borréliose, ou maladie de Lyme, est la bactérie Borrelia burgdorferi. La transmission à l’homme se produit le plus souvent par des tiques infectées qui sucent le sang humain.

Tableau clinique

Il existe plusieurs espèces de bactéries Borrelia. Selon l’espèce concernée, différents organes sont atteints au cours de la maladie. Le premier symptôme de la maladie peut être une rougeur locale à l’endroit de la piqûre, qui s’étend et devient annulaire. Elle disparaît en l’espace de quelques jours ou semaines. Chez un certain nombre de personnes atteintes, le deuxième stade de la maladie  se manifeste au bout de quelques semaines, de quelques mois, voire même de quelques années. Au cours de celui-ci les articulations, le système nerveux, la peau et, plus rarement, le cœur peuvent être touchés. Les cas de borréliose peuvent être traités au moyen d’antibiotiques. Si la maladie n’est pas dépistée ou si le traitement est insuffisant, il peut en résulter des handicaps durables.

Répartition géographique et fréquence

La borréliose de Lyme est l’infection la plus fréquente transmise par des tiques dans l’hémisphère Nord (Amérique du Nord, Europe et Asie). En Suisse, environ 5 à 30 % (jusqu’à 50 % par endroits) des tiques sont infectées par Borrelia burgdorferi. L’Office fédéral de la santé publique estime qu’en Suisse 3000 personnes contractent chaque année une borréliose.

Prévention

Contrairement à la méningite FSME également transmise par des tiques, il n’existe pas de vaccin contre la borréliose. Afin de se protéger contre les piqûres de tiques il faut porter des vêtements couvrants, appliquer des produits répulsifs sur la peau et les vêtements ou, de manière générale, éviter les sous-bois. Les piqûres de tiques passant souvent inaperçues, il est donc nécessaire d’examiner son corps et ses vêtements après une marche dans les sous-bois pour détecter les tiques. Le port de vêtements clairs facilite la recherche des tiques. Les animaux domestiques (p. ex., chiens, chats ou chevaux) doivent également être examinés. Les tiques trouvées doivent être enlevées le plus rapidement possible : le mieux, pour ce faire, est de les saisir avec une pincette fine, juste au-dessus de la peau, et d’exercer une traction continue. Il faut ensuite désinfecter l’endroit de la piqûre.

Grippe saisonnière

La vaccination est la clé de la prévention

La grippe (influenza) est une maladie infectieuse aiguë connue depuis des siècles. Il s’agit d’une infection des voies respiratoires déclenchée par les virus Influenza A et Influenza B. Ces virus circulent surtout en hiver.

Les symptômes de la grippe peuvent être une forte fièvre, des douleurs musculaires et articulaires, ainsi que des maux de tête et de gorge. Pour les personnes de plus de 65 ans et pour les malades chroniques, qui font partie des personnes à risque, la grippe peut entraîner de graves complications et une perte d’autonomie.

Pour les personnes à risque, la grippe n’est pas une maladie bénigne. En suisse, elle est chaque année la cause de 1000 à 5000 hospitalisations et de 400 à 1000 décès de personnes âgées.

L’intensité et la sévérité d’une épidémie de grippe sont variables d’une année à l’autre.

La prévention la plus efficace contre la grippe est la vaccination, au moyen d’une injection annuelle. Les souches utilisées dans le vaccin sont déterminées chaque année en février par l’Organisation mondiale de la santé.

Allergies au pollen en hausse

De plus en plus de jeunes sont concernés par les allergies au pollen

Cette année, les personnes allergiques au pollen en ont déjà subi les effets. Des études démontrent que de plus en plus de jeunes sont touchés par une allergie au pollen. Cela peut limiter considérablement leurs capacités et, dans des situations extrêmes,  les amener à interrompre leur scolarité. La plupart des personnes affectées par le rhume des foins souffrent de troubles du sommeil et de somnolence diurne.

Lorsque le nez coule,  que les yeux sont larmoyants et la gorge démange, non seulement la motivation des jeunes en prend un coup, mais également leur capacités d’un point de vue général. En suisse, près de 20% des enfants et des adolescents souffrent de rhinite allergique et cette tendance est à la hausse.

Les allergies aux pollens des graminée, d’arbres et d’herbacées sont les plus fréquentes. Bien que fondamentalement non nuisibles, ces particules déclenchent une violente réaction du corps. Les allergies peuvent empirer si leur causes ne sont pas identifiées à temps.  Si l’on ne lutte pas contre les symptômes, la maladie prend de l’ampleur et s’aggrave brusquement, il peut en résulter de l’asthme.

Un traitement efficace des causes est la vaccination anti-allergie,  elle est recommandée par l’OMS et fournit de  bons  résultats:  pour deux tiers des personnes traitées,  les douleurs disparaissent complètement ou connaissent une sensible rémission. Elles s’accoutument aux allergènes et cessent de réagir brutalement.

Source: www.aha.ch ou www.allergyunlocked.ch